Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 10:16

  Ca fait ma 7 ème élection,,,ça me coute environ 20-40 euros en Cantal,,,le prix de qq fotocopis à placarder sur les panneaux électoraux (enfin d'la liberté d'expression !!!,,évidaman,ça dérange,,,)et qq buletins de vote (inutile d'en mettre le paquet énoncé par les préfecture (perfect cure,,):ça ira à la poubelle,,,non recyclable.

  Ensuite,il faut intéresser le lecteur aussi à voter,,,et y'a concurence de squales tueurs.Y'a débine massive de la presse des laquais-laqués "fou,pervers,non-démocratik (sic),,,,"  Tant k'a être démoniakés,autant leur balancer qq autres vérités édifiantes & coups-sur-la-tronche kan à la cupidité de nos élus:

  Come nous créez un parti courageux & remarkable,même pour les miopes:Nous,cé le Parti Indépandantist Cantalou (déclaré préfecture,ha,ha) ce ki les amuse ou les fait constiper,,,et ki sera présent aux Cantonales en mars en Cantal:

 

  LIBéREZ les ENFANTS BRé,en PRISONS SECRèTES depuis 6 ans 4 mois,OTAGES POLITIK d'un CG-UMP-PS  fourbe,répugnant-dégueu & térorist.

   INSURECTION éLECTORALE des Volcans ! VIRONS les FUMIERS?ordures étronesk,criminels contre l'HUMANITé,GéNOCIDAIRES !!! (transfers & séquestrations d'enfants,de bébés!!)

  Signez pétition sur petition.be "SAUVONS les ENFANTS PLACéS MALTRAItéS" !!! ou ici sur "comentaire"MERCI.

Partager cet article

Repost 0
Published by bré - dans mamie
commenter cet article

commentaires

Con sidéré considérant 13/02/2011 23:55


Société 27/07/2000 à 02h37
Enfants placés d'autorité, la double peine des parents.
Un rapport de l'Igas dénonce les procédures brutales et l'absence d'informations pour les familles.

1 réaction
COIGNARD Jacqueline

Malgré la crise économique qui englue de nombreuses familles dans la précarité, on ne place pas les enfants du seul fait de la pauvreté de leurs parents. Même si la grande majorité des séparations
enfants-parents a pour toile de fond des situations de pauvreté et de précarité. Tel est le constat dressé dans un rapport conjoint de l'Igas et de l'IGSJ (1), commandé à la fin de l'année dernière
et présenté hier par les trois ministres destinataires: Martine Aubry, Elisabeth Guigou et Ségolène Royal (2). Les deux inspecteurs, Pierre Naves et Bruno Cathala, ne ménagent pourtant pas leurs
critiques. Ils décrivent l'aide à l'enfance comme un univers pagailleux, où les structures étatiques cohabitent avec celles qui dépendent des collectivités territoriales, chacune travaillant dans
son coin et avec sa propre logique.

Mais surtout, les rapporteurs considèrent qu'on n'écoute pas assez les parents. Ils sont allés interroger des familles, et ont rencontré des hommes et des femmes qui se sentent humiliés et
impuissants face à des mondes qu'ils ne comprennent pas. Ainsi, M. et Mme D, qui ont appris un 29 septembre que cinq de leurs dix enfants, âgés de 6 à 13 ans, allaient être placés le 1er octobre, à
50 km de chez eux. Les voisins de leur grande maison considèrent que les enfants sont livrés à eux-mêmes; le directeur du service d'assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) estime qu'ils ne
sont pas cadrés, que les parents sont dépassés, que l'échec scolaire est massif, que monsieur n'aide pas sa femme. Les parents s'affolent, prennent un avocat, font appel à l'ordonnance de
placement. Ils finissent par être convoqués chez le juge des enfants le 20 octobre qui leur assène en préambule: «J'ai pris une décision, je ne reviendrai pas sur cette décision, mais je vous
écoute.»

Le placement vécu comme un rapt. Certaines familles hésitent à demander des aides auxquelles elles ont droit, tant elles craignent de voir débarquer un enquêteur qui trouverait leur logement
insalubre et voudrait leur retirer leurs enfants, raconte Martine Aubry. Quand la procédure est en marche, les familles sont parfois traitées avec une grande brutalité. Elles n'ont pas accès au
dossier, ne connaissent pas le contenu des rapports sociaux, et ne reçoivent que rarement les documents concernant leurs enfants placés (bulletins scolaires, feuilles de soin...). «Or, c'est en
consolidant la famille qu'on protégera l'enfant», souligne Ségolène Royal, pour qui il est vain d'opposer droit de l'enfant et des parents ­ sauf cas de délit, crime, abus sexuel. Les trois
ministres ont donc promis de veiller à un meilleur respect des droits des parents, de les associer aux décisions, de les entendre au début des procédures, et de motiver les décisions dans un
langage accessible.

Carences éducatives et pauvreté. Les deux rapporteurs rappellent que parmi les 300 000 enfants qui font l'objet de mesures de protection, environ 150 000 sont séparés de leurs parents. Après une
étude approfondie de 114 cas (3), ils écrivent: «Des carences éducatives importantes, des problèmes psychiques des parents, des toxicomanies, sont, à côté des violences physiques et des abus
sexuels, les premières causes des placements.» «Il n'y a plus de décisions qui auraient été prises du seul fait de la misère financière de parents.» Un constat que Martine Aubry estime plutôt
rassurant et qui «montre que les dispositifs destinés à épauler les parents dans l'exercice de leur responsabilité ­ les minima sociaux, les prestations familiales sous condition de ressources; les
aides financières de l'aide sociale à l'enfance ­ ont une certaine efficacité».

Mais la notion de «carence éducative» peut être contestée, comme par l'avocat de la famille D qui témoigne: «On leur reproche en fait d'avoir dix enfants. Pour eux, il est difficile de se défendre
car il ne leur est reproché aucun fait concret.» Et si la pauvreté n'est pas une cause suffisante, elle semble nécessaire au placement: sur les 114 situations étudiées, aucune des familles n'avait
de ressources supérieures à 10 000 francs, et le plus souvent ces ménages vivaient de prestations diverses (RMI, allocations familiales, etc.). La qualité des relations parents-enfants dépend aussi
de facteurs tels que la suroccupation des logements et la fragilité du réseau relationnel et de solidarité, remarquent aussi les rapporteurs.

Un dispositif complexe. Les rapporteurs ont été frappés par le manque de coordination entre les différents intervenants (conseils généraux, magistrats, inspections d'académie, caisses d'allocations
familiales...). Les budgets sont substantiels, notamment pour les conseils généraux (30 milliards de francs par an), mais ils varient fortement d'un département à l'autre, au risque de compromettre
l'égalité de traitement pour les enfants en danger. A l'intérieur même de chaque institution, les pratiques changent d'un professionnel à l'autre. La pagaille ambiante ne permet pas aux décideurs
de peser efficacement sur les pratiques des acteurs de terrain, selon les rapporteurs qui expliquent: «Et même si la volonté d'éviter les placements s'est largement diffusée depuis vingt ans, les
modes de prises en charge des enfants sont restés stéréotypés.» Les professionnels sont dévoués, mais faute d'avoir été amenés à réfléchir sur la prévention, ils en sont réduits à agir dans
l'urgence. D'où une volonté affichée de mettre l'accent sur la coordination, la prévention, la formation des travailleurs sociaux.

(1) Inspection générale des affaires sociales (Igas) et Inspection générale des services judiciaires (IGSJ).

(2) Respectivement ministre de l'Emploi et de la Solidarité, de la Justice, déléguée à la Famille et à l'Enfance.

(3) Les rapporteurs ont étudié toutes les décisions de placement prises par des juges des enfants et d'accueil provisoires prises par des inspecteurs de l'aide sociale à l'enfance, dans quatre
départements: Bouches-du-Rhône, Charente, Nord, Seine-et-Marne, entre septembre 1999 et mars 2000


Fraternité Citoyène 10/02/2011 20:22


Marco LafreniereFebruary 6, 2011 at 2:55pm
Objet : Parrainages de militants EELV / L’idée c’est d’aller vers la création d’un parti politique
Cher(e)s ami(e)s de Fraternité Citoyenne,



(N’oubliez pas d’inviter vos amis à nous rejoindre)



Vous le savez, je veux être candidat à la primaire d’EELV. Mais pour cela, il me faut le parrainage de 200 militants du parti ou plus (on ne sait pas encore). J’ai commencé la chasse aux
parrainages sur Facebook, mais Facebook a supprimé mon profil officiel (je vous écris depuis un profil de secours).



Merci de m’aider à obtenir les parrainages

A/ en devenant membre d’EELV,

( Procédure pour devenir membre d’Europe écologie - les Verts : 1 / Commence par trouver le site de ta région en tapant le nom de ta région et Europe écologie dans Google. Exemple :
http://www.facebook.com/l/cc2beIXcezIZcg-GpAttTs8of-A;ile-de-france.regions-europe-ecologie.fr 2 / Clique sur "Créez un compte" puis remplir les 4 champs obligatoires : Nom d'utilisateur, Adresse
email, Mot de passe et confirmation Mot de passe. 3 / Aller sur : http://www.facebook.com/l/cc2be9Yz-RwcFMJ9vfUL33hBJiw;www.eelv.fr Remplir les champs : Nom d'utilisateur et Mot de passe puis
clique sur Inscription. Suivre la procédure d'inscription et ... sortir sa carte de crédit : 36 €.

B/ en faisant connaître mon intention à vos amis membres d’EELV.

http://www.facebook.com/l/cc2be6MBDdhnAlftSJ58BoaNXMg;marcjutier.over-blog.fr/pages/demande-de-parrainage-pour-la-primaire-d-eelv-4448135.html



Pour info: Nicolas Hulot loin devant Eva Joly

http://www.facebook.com/l/cc2beblfz_-eGDVo7WL9zu_o9yA;www.francesoir.fr/actualite/politique/nicolas-hulot-loin-devant-eva-joly-70758.html



D’autre part,

dans la même idée développé par Fraternité Citoyenne

(Texte fondateur de FC :
http://www.facebook.com/l/cc2be458GyCCdQrMkfyxoGUSJsQ;www.fraternitecitoyenne.org/index.php?option=com_content&view=article&id=48&Itemid=62&1255a68f9184e38b07fa00c8cbd8ca1f=72cc9d1a820504da0069a0e7eac9f1a6
)

et par la

Coordination nationale des comités citoyens locaux (CNCCL) ;

(Texte d’infos : http://www.facebook.com/pages/Coordination-nationale-des-comites-citoyens-locaux-CNCCL/103385179731655?v=info )



Je vous propose d’élaborer un texte concis et simple adressé à l’ensemble des citoyens Français.



En effet, en considérant :



Que seul un Etat fort pourrait s’opposer à la mondialisation du Nouvel Ordre Mondial.



Que les dirigeants du PC (transformé en Front de Gauche) et des Verts (transformé en Europe Ecologie), en accord avec la direction du PS, sont en train de nous refaire le coup de la « gauche
plurielle » ! Pourtant, depuis le référendum sur le TCE en mai 2005 (ou le PS avez appelé à voter « oui » !), on sait qu’une large portion de la population française en ont assez de ces soit-disant
socialistes qui ont totalement adoptés les règles du jeu de la mondialisation capitaliste. Ces dirigeants ne veulent pas d’une véritable confrontation PS /gauche du PS parce qu’ils pensent que cela
n’est pas possible et que pour s’assurer des places dans le futur Gouvernement Aubry, ils ne veulent pas vraiment se fâcher avec la direction du PS.



Que de nombreux militants ou simplement des citoyens non encartés en ont assez de la politique de l’UMPS et qu’ils ne se reconnaissent pas pour autant dans le FN et ont la volonté de retrouver un
rapport de force avec le PS au premier tour des élections (présidentielles et législatives). Parce que, en effet, le PS est en pleine décadence idéologique et qu’il n’a finalement rien à proposer
en alternative à l’idéologie dominante du « tout marché ».



Que pour être en cohésion avec nos convictions, nous devons, nous croyons qu’il est temps de couper les ponts avec les sociaux démocrates. En clair, va t’on retrouver, au premier tour des élections
législatives un PS hégémonique qui laissera une cinquantaine de circonscription à EE et une trentaine au Font de Gauche ou deux camps qui s’affronteront avec un accord de désistement du plus faible
pour le plus fort au deuxième tour ? En fait, toute la question est là ! Donc pour 2012, à moins de continuer à quémander des strapontins au PS, il n’y a pas 50 solutions. Il n’y en a qu’une !
Organiser des primaires populaire citoyenne honnête sans manipulation et sans triche.



Car nous en avons assez de ceux qui tiennent un discours plus ou moins contestataire à la social-démocratie pour ensuite aller négocier un poste de ministre avec le PS parce qu’ils pensent qu’il
est impossible de les battre. Tous ceux qui en ont assez de l’hégémonie de la direction du PS dans les affaires publiques de ce pays devraient soutenir l’idée qu’il est possible de développer un
véritable rapport de force avec les sociaux-démocrates. Le code électoral, pour les législatives et la présidentielle, est ainsi fait que pour casser l’hégémonie du PS il faut rassembler le plus
largement possible. Militants du NPA, du Front de Gauche, écologistes et tout ceux qui ne croient plus aux vertus du tout marché (puisque le PS l’a adopté !) n’ont pas d’autres choix que de
travailler ensemble. Cette posture n’exclu pas de gouverner éventuellement avec le PS, d’autant plus si nous sommes plus fort qu’eux.



Alors, essayons de devancer le PS et ne partons pas battu d’avance !

Soyons un peu courageux et essayons simplement d’avoir un rapport de force avec le PS. Car c’est dans ce rapport de force à gauche, c’est à dire avec ceux qui, en principe, défendent un projet de
société alternatif à la pensée dominante du tout marché capitaliste et financier que nous avons une possibilité de véritablement changer les choses et d’amener la société vers plus de justice
sociale, vers moins d’absurdité et de violence.



Oui, c’est possible, il suffit de le vouloir et de s’organiser ! Mobilisons-nous, organisons-nous, créons des comités citoyens locaux et organisons des primaires pour les élections législatives et
présidentielles de 2012, 2017, … afin de battre l’UMPS et ne pas laisser le champs libre au FN.



Alors nous proposons pour cela :

- Un parti populaire et décentralisé, parce qu’il y en a assez de ces directions nationales avec ces hiérarques ou ces professionnels de la politique qui viennent nous donnez des « leçons » ; un
parti décentralisé par une indépendance des organisations départementales

- Un projet politique alternatif au capitalisme ; une proposition de programme politique qui soit fondamentalement alternative au capitalisme. Avec, entre autre une réforme monétaire radicale et
une réforme constitutionnelle.

- Une indépendance vis à vis du PS ;

- Une organisation qui prévoit des primaires aux élections présidentielles et législatives.



L’idée c’est d’aller vers la création d’un parti politique qui aurait pour « étiquettes » les 6 idées ci-dessus. Le nom n’a aucune importance, FC, écosociétalisme, …

Simplement, il me semble opportun de garder l��intitulé : Coordination nationale des comités citoyens locaux (CNCCL) avec comme territoire du comité local la circonscription électorale
législative.



Qu’en pensez-vous ? merci de m’écrire à : mjutier@orange.fr



Marc Jutier – président de Fraternité Citoyenne


B.Terriou facebook 10/02/2011 20:14


Bruno Terriou10 février 2011, 18:16
Re : LA JOIE MENTALITE DE L 'ASE DIT LES SS ...............
je ne sais pas si cela fera bouger les choses mais j'aurais essayé courriel au comité des droits de l'enfant...



-----Message d'origine-----

De : Terriou, Bruno

Envoyé : vendredi 28 janvier 2011 11:45

À : 'secretariat@childrightsnet.org'

Objet : TR : Demande de support



Madame, Monsieur,



Avez-vous une solution quand un état membre a violé et viole délibérément le maintien des relations enfant parent. ?



Pour le protocole facultatif pour le mécanisme de plainte je suis déjà au courant et j'ai même fait part au HCDH que le comité recueil des informations des états membres mais n'est pas sur le
terrain pour voir la dure réalité des choses.



Les états peuvent invoquer n’importe quoi, mais un particulier à plus le sens des valeurs et subis plus facilement ces privations de droits fondamentaux, (par des actes inhumains ou de caractères
analogues causant intentionnellement de grandes souffrances physiques et mentales) pour tout ce que doivent endurer enfants et parents par des violations graves de la convention des droits de
l’enfant et devant l'incurie des services sociaux et du dénie de justice de l'État Français.



Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.



Monsieur TERRIOU Bruno



Je pense que ces sujets devraient être pris en considération car la France n’as aucun respect des lignes directrices relatives à la protection de remplacement pour les enfants.



Suite à la réponse des Nations Unies à mon courriel adressé au Secrétaire Général des Nations Unies (voir ci dessous) « Nous vous suggérons de faire part de votre proposition au représentant de
votre pays auprès des Nations Unies. Pour leur contact d'information, veuillez visiter le site Internet suivant: » ce que j’ai proposé à l’ Ambassadeur de France auprès des Nations Unies.



2. Le Comité demande que l’Etat partie, qu’en cas de séparation ou de divorce, que soit maintenue dans le respect des racines parentales, les liens affectifs de l’enfant avec ses deux parents et
dés que cela est possible en vu de préserver l’égalité des droits de chaque enfants, suggère d’instaurer la garde en alternance.



3. Le Comité demande que l’Etat partie, prenne en considération les points de rencontre pour le maintien des relations enfants-parents conformément à l’article 9 de la convention.



1) Dans le cadre des visites médiatisées et dans l’intérêt supérieur de l’enfant, le Comité étant conscient de la douleur que peux représenter une telle séparation, demande à l’état partie de
respecter vigoureusement que cette séparation n’excède pas un délai de 3 semaines et que ces visites interviennes de manière régulière.



4. Le Comité demande que l’Etat partie ayant désigné un tiers au titre de l’autorité parentale envers un ou des enfant(s), de remettre un rapport trimestriel sur l���évolution de l’état de santé et
du suivi éducatif du dit enfant (s) concerné(s), conformément à l’article 3 de la Convention, soit à l’autorité compétente et tous les codétenteurs de l’autorité parentale.



5. Le Comité demande que l’Etat partie ayant pris des mesures de placements pour un ou des enfant (s), doit être soumis un réexamen régulier dans une période de 3 mois maximum, afin que tout enfant
(s) puisse réintégrer son foyer et bénéficier de sa protection parentale, tous parents commettant de fautes graves sur l’enfant en vu de compromettre sa santé, sa sécurité et sa moralité pourra se
voir privé de son ou ses enfant (s) par des périodes de longue durée.



6. Le Comité demande que l’Etat partie agisse avec rigueur contre tout abus sexuel (pédophilie) qui doit être sanctionné avec force. Que ce soit homme, femme, religieux ou politique, ils doivent
être sanctionné avec la même détermination, aucunes distinctions de classe ne doit être toléré, le genre humain doit être égaux en droit donc égaux en peines immuables.



7. Le Comité demande que l’Etat partie en corrélation avec le Comité sur les droits économiques sociaux et culturels qui a également déterminé que les discriminations sur la base de l’orientation
ou de l’identité sexuelle doivent être interdites. Souhaite que les organisations de la protection de l’enfance agissent avec discernement sans préjugés discriminatoires, ni violences
psychologiques institutionnelles sur les enfants et leurs familles, les pays doivent faire preuve de courage politique et moral pour combattre la discrimination sous toutes ses formes.



8. Le Comité demande que l’Etat partie respect le droit à un nom et une nationalité



1). L'enfant est enregistré aussitôt sa naissance et a dès celle-ci le droit à un nom, le droit d'acquérir une nationalité et dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et être
élevé par eux.



2). L’État partie veille à mettre ces droits en œuvre conformément à leur législation nationale et aux obligations que leur imposent les instruments internationaux applicables en la matière, en
particulier dans les cas o�� faute de cela l'enfant se trouverait apatride.


Karine 10/02/2011 19:37


Hier ns avons eu 1 visite médiatisé avec ns enfants , ns sommes allés ds le parc accompagnés évidemment ds SS , et la ns avons pu assister a 1 conversation entre l'educ et la F.d'accueil !!
Celle-ci disait à l'educ kil lui fallait d'autres enfants ds le départ ds notre kel ne pouvait pas rester sans, mais pas par amour mais seulement " financièrement "comme elle a pu le dire , si
c'est pas beau ça de s'enrichir sur le dos de famille détruite et ce juste pour de l'argent ,, ns l'avions tjrs pensé et bien ns en avons la confirmation absolue , mais kel honte comment peut el se
regarder en face et ça travail au nom de la protection de l'enfance " mais c'est à pleurer de rire " . Moi à leur place je ferais profil bas !! Il vaut mieux s'éparer abusivement ds enfants de
leurs parents et détruire des milliers de famille pour " engraisser" des gens avec aucune conscience et 1 pierre à la place du coeur que d'aider ls familles et laisser ls enfants évoluer ds leurs
environnement familial . Et oui encore 1 fois c"est ça la l'aide social à l'enfance .......

De plus la guerre avec les SS , les magistrats et aussi ls grds parents est loin d'être finie puisque pour le moment car ce sont mes géniteurs qui passent tiers digne de confiance , et nous tjrs
rien !!! Et oui forcement lorsque l'on peut se permettre de manipuler et acheter tous le monde comme cela a éte fait avec les enfants , puisque on se la joue financièrement il est tjrs plus facile
d'acheter ts ce joli ptt monde et de faire de la corruption . Sachant qu'en plus ils ont les moyens et vont encore avoir environ 500 euros par mois et par enfants , donc comme ils sont 3 je vous
laisse compter , et nous lorsque ns les avions nous avions juste les allocs familialle de 300 euros environ pour les 3 , non mais c 'est une honte avec un grand H .............


J’aimeJe n’aime plus · · Partager


Sous gnomes mentaux 03/02/2011 22:12


On place vos enfants et a 18 ans il ce retrouvent SDF [HQ]
de SOS Parents Abusés France (vidéos)
1:51 Placé en famille d'accueil depuis son enfance, a 18 ans il ce retrouve livré a lui même, des mois de galère à Royan, il passe ces journées dans la rue.

Chaque année, 34000 enfants placés risquent de devenir SDF

Une étude récente publiée par l’Insee, indique clairement un lien entre le placement d’un enfant en famille ou foyer d’accueil et une forte probabilité pour celui-ci, dans l’avenir, de devenir un
SDF.
“Parmi les événements survenus durant l’enfance et l’adolescence, le placement mérite une attention particulière. Les personnes ayant été « placées » sont largement sur-représentées parmi les
populations sans domicile (estimées à 23 % sur cette enquête de l’Insee, à comparer à 2 % en population générale logée), en particulier parmi les plus jeunes (35 % parmi les 18-24 ans), et ce
phénomène s’observe aussi dans d’autres pays occidentaux comme les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne (Firdion, 2004).

http://sos-parents-abuses.forumactif.com/t9-chaque-annee-34000-enfants-places-risquent-de-devenir-sdf

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es391-392e.pdf


Présentation

  • : Le blog de bré
  • Le blog de bré
  • : Décryptages impertinents & prospectives mondiales koik princ-i-pal-eman du microcosme débacleux cantalou Pour ke nos 2 enfants raflés sachent un jour nos Luttes & notre Cause:pour eux,les protéger,les médiatiser,leur hurler notre Amour.
  • Contact

Recherche

Liens